L'association

  • Persépolis ; intégrale

    Marjane Satrapi

    • L'association
    • 20 Octobre 2017

    Téhéran 1978 : Marjane, huit ans, songe à l'avenir et se rêve en prophète sauvant le monde. Traversant avec elle révolution, guerre, deuil, exil, mais aussi apprentissage de la vie, puberté, premières amours, nous la suivrons jusqu'à son départ définitif pour la France en 1994. Paru à l'origine entre 2000 et 2004 en 4 volumes, Persepolis est la première bande dessinée iranienne, l'autobiographie dessinée d'une orientale en exil.
    Depuis sa sortie, Persepolis a fait le tour du monde, est devenu un classique étudié dans les écoles et a fait l'objet d'une adaptation au cinéma de nombreuses fois récompensée. Pour fêter les 10 ans de la version monovolume qui regroupe les quatre tomes, L'Association se paye le luxe d'une nouvelle édition reliée et cartonnée dotée d'une toute nouvelle couverture et de pages de garde dessinées pour l'occasion par Marjane Satrapi.

  • Pyongyang

    Guy Delisle

    • L'association
    • 1 Mai 2003

    Après Shenzhen, Guy Delisle a poursuivi son travail nomade d'animateur à Pyongyang, capitale de la Corée du Nord. Si on peut retrouver son regard personnel et circonspect sur un autre pays asiatique, Pyongyang présente en outre l'intérêt de donner des informations sur la vie quotidienne d'un des pays les plus secrets et les plus tyranniques du monde.

  • Goliath

    Tom Gauld

    • L'association
    • 15 Mai 2013

    On croyait tout savoir de la légende biblique de David et Goliath. Symbole de la victoire du faible contre le fort, de l'intelligence contre la force, ce duel à l'issue inattendue est un des mythes les plus connus, qui a déjà inspiré quantité de peintres et de poètes. Pourtant, Tom Gauld, qui avec ce magnifique ouvrage en bichromie, riche et plein de tension, faussement minimaliste, entre enfin dans le catalogue de L'Association, renouvelle le mythe et en donne une version surprenante et émouvante. Dans la lignée de sa « revisitation » du mythe de l'Arche de Noé vu par ses fils (paru dans Kramer's Ergot 6), il fait revivre le combat en suivant Goliath et son écuyer.
    Qui est Goliath ? Pourquoi a-t-il été choisi pour le duel fatidique ? Parce que c'est un géant et qu'il fait peur avec sa grande armure. Malheureusement pour lui, c'est tout et cela ne suffira pas face à la volonté divine. Prenant le point de vue du géant contre le berger, Tom Gauld nous offre un portrait de Goliath en victime - de son armée, de Dieu, ou de la malchance.

  • Hicksville

    Dylan Horrocks

    • L'association
    • 1 Octobre 2002

    L'Association réédite Hicksville, livre épuisé depuis plusieurs années, à l'occasion de l'invitation de son auteur Dylan Horrocks dans le cadre de l'opération Les Belles Etrangères consacrée en 2006 à la Nouvelle-Zélande et organisée par le Centre National du Livre. Elu meilleur livre de l'Année par le Comics Journal en 1998, Hicksville est l'une des oeuvres les plus ambitieuses et réussies de la bande dessinée anglo-saxonne de la dernière décennie. Parabole sur la bande dessinée (celle d'auteur face au comics mainstream), et en même temps panorama de cet étrange pays qu'est la Nouvelle-Zélande, la version française de ce livre est l'un des fleurons du catalogue de L'Association.

  • Maxiplotte

    Julie Doucet

    • L'association
    • 19 Novembre 2021

    Il est rare qu'un auteur de bandes dessinées ayant officiellement arrêté d'en faire vingt ans auparavant continue à avoir une influence considérable. Cela devient exceptionnel lorsqu'il s'agit d'une autrice. C'est pourtant bien le cas de la québécoise Julie Doucet, active entre 1987 et 1999, à une époque où les dessinatrices n'étaient pas légion, surtout à se situer sur un terrain briseur de tabous et féministe à la fois. Julie Doucet fait aujourd'hui figure de mythe. Les éditions Drawn & Quarterly à Montréal la rendront célèbre à partir de 1990 avec le comic-book Dirty Plotte, que Julie avait commencé seule en tant que fanzine. En France, c'est en majeure partie à L'Association que l'on doit la publication de son travail : elle est présente dès 1990 dans le tout premier collectif de la structure, Logique de Guerre Comix. Puis ce sera Ciboire de Criss ! en 1995, déjà un recueil de fragments, et quatre autres livres.

    La conception éditoriale et graphique de Maxiplotte a été réalisée par Jean-Christophe Menu, premier éditeur de Julie Doucet en France et co-fondateur de L'Association, en étroite collaboration avec l'autrice québécoise. Véritable panorama de l'évolution de son travail, Maxiplotte rassemble des travaux réalisés au cours de ses douze années d'activité d'autrice de bande dessinée. S'y déploie une oeuvre à la fois subversive, féministe et fantaisiste. Julie Doucet évoque crûment et avec humour la vie du corps - des règles au désir sexuel en passant par les crottes de nez - les stéréotypes de genre, ses expériences de jeune femme, sans oublier sa vie onirique qu'elle relate abondamment. En noir et blanc, les récits s'épanouissent au fil de cases aux décors minutieusement élaborés, peuplées de personnages aussi insolites qu'attachants.

    Cette anthologie de 400 pages comporte, outre la totalité des histoires issues des recueils Ciboire de Criss ! (L'Association, 1996), Monkey and the Living Dead (L'Association, 1999), tous deux épuisés, et quelques récits extraits de Changements d'adresses (L'Association, 1998), des pages de carnet extraites de son journal intime au tournant des années 80 et 90 ainsi que des reproductions des couvertures du légendaire Dirty Plotte, de divers fanzines et éditions internationales. Soit plus de 200 pages d'inédits dont près de 40 en couleurs. À cela, s'ajoutent une introduction de Jean-Christophe Menu, ainsi que la retranscription d'une passionnante interview de Julie Doucet avec le journaliste spécialiste de bande dessinée Christian Gasser. Incontestablement, Maxiplotte fait partie des ouvrages de référence de la bande dessinée alternative de ces trente dernières années.

  • Afin d'impressionner Camille, l'ex-bibliothécaire désormais reconvertie en éditrice d'Un peu d'amour, Lapinot se toque d'enrichir son vocabulaire de mots rares et désuets. Le ciel de leur amour serait sans nuages, si l'ironie caustique de Richard ne venait pas s'en mêler... il n'est décidément pas toujours aisé de conjuguer amour et amitié ! Présentations à la belle-famille, art conceptuel, histoire familiale, assassinat politique, Midi à quatorze heures tisse les histoires et les thèmes pour mieux nous plonger dans le quotidien - toujours aussi mouvementé - de notre héros à longues oreilles.
    Un sixième tome à gobichonner sans modération.

  • Shenzhen

    Guy Delisle

    • L'association
    • 1 Octobre 2002

    Envoyé pour trois mois à Shenzhen, en Chine, pour superviser un studio de dessin animé, le Canadien Guy Delisle raconte par le menu les rapports parfois incongrus, souvent drôles, toujours enrichissants qu'il entretint tout au long de son séjour avec ses collègues et amis, malgré la barrière de la langue et avec un style unique, incisif et observateur.

  • Fumier

    Etienne Lécroart

    • L'association
    • 18 Mars 2022

    Un personnage qui ressemble furieusement à Étienne Lécroart s'entretient avec une journaliste. Une Patte de mouche oubapienne, étonnante et hilarante sur l'activité de dessinateur de bande dessinée.

  • La guerre d'Alan ; intégrale

    Emmanuel Guibert

    • L'association
    • 13 Juin 2012

    Lorsque Emmanuel Guibert rencontre Alan I. Cope sur les plages de l'île de Ré, il ne se doute pas qu'il consacrera douze ans de sa vie à cet homme extraordinaire et humble, qui, comme nombre de jeunes américains de son époque, fut enrôlé dans l'armée et traversa l'Europe pour y faire la guerre. Emmanuel Guibert a patiemment enregistré Alan lui racontant son périple, la vie de soldat et les à-côtés de la guerre, loin de la violence des combats. On le suit au gré de ses voyages en France et en Allemagne, de ses rencontres, amicales et littéraires qui auront une influence déterminante sur sa vie d'adulte.

  • Otoshiyori : trésors japonais

    Isabelle Boinot

    • L'association
    • 4 Février 2022

    « J'aime explorer les territoires inconnus, la vieillesse en est encore un, du moins pour quelques temps. » Au cours de ses nombreux séjours au Japon, l'intérêt d'Isabelle Boinot pour les personnes âgées, les otoshiyori, ne cesse de grandir. Elle les côtoie, les observe, les dessine. C'est un univers fragile que l'autrice s'est employée à consigner, élaborant un vaste répertoire de pâtisseries, de lieux, d'emballages colorés, d'animaux de compagnie, de petits chariots et de poussettes indispensables à la vie quotidienne.
    Elle nous fait entrer dans les kissaten, ces cafés de quartier traditionnels qu'elle affectionne et rend avec délicatesse la séduisante désuétude de ces lieux, bien souvent aussi anciens que leur propriétaire. Sous les couleurs douces et pastel, la vie n'est pourtant pas toujours facile. Nombreux sont les otoshiyori à devoir, par nécessité financière, rester en activité à 70 ans passés et leur précarité se fait d'autant plus discrète que la pression à ne pas peser sur le reste de la société est forte.
    Ce livre a en partie été réalisé lors d'une résidence croisée entre la Maison des auteurs à Angoulême et la Villa Médicis à Rome en 2020.

  • The neighbors

    ,

    • L'association
    • 15 Avril 2022

    Grâce à un couple d'amis ayant décidé de retourner vivre en France, un homme seul trouve un appartement à New York, en plein coeur de Manhattan. Dès les premières semaines, de mystérieux bruits s'échappent d'un logement voisin. Intrigué, l'homme se met en tête de connaître l'identité de ses voisins, interroge le concierge et rassemble des indices aussi bien réels qu'imaginaires... Tel un puzzle minimaliste, The Neighbors évoque ces grandes villes où l'on vit entassé, sans se connaître et en se croisant rarement plus d'une fois. Parallèles, perpendiculaires, amoncellement de boîtes... la géométrie de l'architecture new-yorkaise est accentuée par la simplicité du trait. Mais aussi épurées soient-elles, ces boîtes contiennent leur lot d'histoires tandis que les bruits derrière les fines cloisons se lestent de mystère. Laurent Cilluffo et Jeff Gomez se sont rencontrés lorsqu'ils vivaient à New York. Il s'agit de leur premier livre à L'Association.

  • Les nouvelles aventures de Lapinot t.5.2 ; ultra secret

    Lewis Trondheim

    • L'association
    • 14 Janvier 2022

    Lapinot se fait kidnapper par un gros costaud en costard et lunettes noires. Et qui retrouve-t-il à l'intérieur de la camionnette ? Surprise, c'est Richard ! Les deux compères sont soupçonnés par le gouvernement de fomenter un sale coup. L'humour ravageur de Richard embrouille leurs ravisseurs et séduit le coeur d'une espionne... Bienvenue dans le monde clandestin du renseignement !

    Ces aventures de Lapinot au format Patte de mouche sont le fruit d'un jeu créé par Lewis Trondheim pendant le premier confinement : chaque jour, l'auteur postait sur son fil Twitter les trois premières cases d'un strip et laissait le soin à ses abonnés d'en dessiner la dernière case. Celui ou celle qui se rapprochait le plus de la fin imaginée par l'auteur recevait une carte postale !

    Le début de ces strips est publié dans un premier Patte de mouche intitulé : Sous le trottoir.

  • Dans un monde post-covid, Lapinot philosophe sur l'univers et l'hasardeuse destinée d'un caillou tandis que Richard est obsédé par le mystérieux affaissement du macadam... Dans Sous le trottoir, les répliques fusent et font mouche, comme si, face à un monde absurde, l'humour était plus que jamais nécessaire.

    Ces aventures de Lapinot au format Patte de mouche sont le fruit d'un jeu créé par Lewis Trondheim pendant le premier confinement : chaque jour, l'auteur postait sur son fil Twitter les trois premières cases d'un strip et laissait le soin à ses abonnés d'en dessiner la dernière case. Celui ou celle qui se rapprochait le plus de la fin imaginée par l'auteur recevait une carte postale !

    La suite de ces strips est publiée dans un second Patte de mouche intitulé : Ultra Secret.

  • Lapinot, le bras plâtré est face à un nouveau dilemme : doit-il ou non porter plainte contre les parents qui l'ont injustement tabassé dans un jardin public, après l'avoir pris pour un pédophile ? Tiraillé entre son besoin de justice et son empathie pour les familles de ses assaillants, Lapinot part se mettre au vert avec Richard. Une retraite compliquée, puisqu'une météorite s'écrase sur le capot de la voiture, alors qu'ils font une pause sur le parking d'un supermarché...
    Et les ennuis commencent ! Bastons, appât du gain, courses-poursuites en forêt, collapsologues barrés... Lapinot et Richard ne sont décidément pas au bout de leurs peines. Toujours en phase avec les obsessions de ses contemporains, Lewis Trondheim signe ici un nouvel album au goût musqué d'apocalypse, comme un mode d'emploi pour survivre en riant en milieu hostile, le cinquième de la série triomphante Les Nouvelles Aventures de Lapinot à L'Association.

  • Broderies

    Marjane Satrapi

    • L'association
    • 1 Mars 2003
  • Dans un parc ensoleillé, à l'heure du déjeuner, Richard et Lapinot plaisantent à propos de la mort.

    Une petite minute... Lapinot ?
    Vous avez bien lu, Lapinot est de retour !
    Tragiquement disparu en 2004 dans La Vie comme elle vient, il reprend aujourd'hui, comme si de rien n'était, le cours de ses aventures. C'est aussi son retour à L'Association, le terrier qui l'a vu naître en 1992 avec Lapinot et les carottes de Patagonie.

    Premier tome des « nouvelles aventures de Lapinot » (pourvu qu'il y en ait beaucoup d'autres), nous faisons dans Un Monde un peu meilleur la connaissance de Gaspard, affligé de l'encombrante aptitude de voir l'émanation psychique des gens qu'il croise, nous constatons que Richard, à peine remis de ses blessures, a gardé intacte la faculté de déclencher des catastrophes, que Titi, après sa chimio, a toujours le sens de la fête et que l'aura de Nadia est à la mesure de ses ambitions journalistiques.

  • Devenu l'un des auteurs emblématiques de la "nouvelle bande dessinée" , et avec plus de 160 livres à son actif, Lewis Trondheim s'est essayé à tous les genres. Il est aussi membre fondateur de l'Oubapo (Ouvroir de bande dessinée potentielle), cofondateur de l'Association, et dirige la collection "Shampooing" aux éditions Delcourt. Il a contribué à la création du SNAC BD (syndicat des auteurs de bande dessinée) et a inventé le "Fauve" devenu la mascotte du festival d'Angoulême, manifestation qui l'a couronné de son Grand Prix en 2006.
    Cette carrière d'une richesse remarquable le place au carrefour de toutes les évolutions récentes de la bande dessinée. D'habitude peu enclin aux interviews et aux apparitions médiatiques, Lewis Trondheim s'est cette fois longuement entretenu avec Thierry Groensteen, théoricien et historien de la bande dessinée, et ami de longue date. Le texte qui en résulte éclaire non seulement un parcours artistique aux avant-postes de la création contemporaine, mais également une personnalité intègre, un esprit agile et inquiet, un tempérament joueur.
    Ce recueil d'entretiens, illustré de nombreux documents rares ou inédits fait le bilan - provisoire - d'une carrière étonnamment féconde. Enrichi du témoignage d'une dizaine de proches de Lewis, cet ouvrage paraîtra à l'occasion de l'exposition rétrospective "Lewis Trondheim fait des histoires" présentée au musée de la Bande dessinée d'Angoulême de janvier à mai 2020.

  • Les lettres d'Hilda Dajc

    Aleksandar Zograf

    • L'association
    • 5 Novembre 2021

    Le dessinateur serbe Aleksandar Zograf a adapté quelques extraits des lettres d'Hilda Dajc, jeune Serbe d'origine juive ashkénaze qui s'est portée volontaire comme infirmière à l'hôpital juif de Belgrade en avril 1941, suite à l'invasion de la Yougoslavie par l'Allemagne nazie. Un destin, un engagement et une sensibilité qui ne sont pas sans rappeler la figure d'Etty Hillesum, une Hollandaise d'origine juive, engagée volontaire au camp de transit de Westerbork.

  • La bouteille

    ,

    • L'association
    • 5 Novembre 2021

    Papy est mort. Il est tombé en allant chercher du champagne.
    La bouteille, elle, ne s'est pas cassée et toute la famille se demande désormais ce qu'elle doit en faire...
    La Bouteille est un court récit dessiné par Alfred et écrit par Lewis Trondheim. Il s'agit du premier livre d'Alfred publié par L'Association.

  • Richard et dieu

    Lewis Trondheim

    • L'association
    • 5 Novembre 2021

    Après avoir aidé un conducteur à ne pas emboutir la voiture derrière lui, Richard accepte aimablement de l'aider à porter un carton. Tout se passe au mieux, jusqu'à ce que l'homme commence à prétendre être Dieu en personne... Le cinquième épisode que Lewis Trondheim consacre à Richard, le fidèle compagnon de Lapinot, pour une Patte de mouche exceptionnelle de 32 pages sans augmentation de prix.

  • Le sel et le ciel

    Marc-Antoine Mathieu

    • L'association
    • 10 Septembre 2021

    "Il sera une fois une mer asséchée, dont le sel aura brûlé tous les regards. "

  • Les fleurs de cimetière

    Edmond Baudoin

    • L'association
    • 4 Juin 2021

    A l'aube de ses 80 ans, le dessinateur Edmond Baudoin se lance dans la réalisation de ce livre qu'il porte en lui depuis longtemps. Le titre est sans équivoque : Fleurs de cimetière. Une longue et ambitieuse autobiographie qui se déroule au fil de pages composites, denses, où l'évocation des moments passés se mêle aux commentaires rétrospectifs, aux citations d'écrivains admirés ou aux portraits de l'artiste réalisés par des proches.
    Edmond raconte son père, sa mère, le temps de l'enfance, passée à dessiner aux côtés de Piero, son frère admiré. Remontant le fil des années, il évoque une existence vorace de liberté, qui n'obéit qu'à une seule boussole, le dessin, la peinture, l'écriture. L'auteur déplie ses contradictions, expose ses relations familiales et tente de disséquer, incertain, son rapport aux femmes. Vaste ouvrage à la narration audacieuse, Fleurs de cimetière semble suivre les courbes de la mémoire et ses mystères.
    Les époques, les personnages se côtoient au grès de pages-collages foisonnantes. Comme si Edmond souhaitait pouvoir tout réagencer une dernière fois. Car dès les premières pages, l'artiste prévient : j'écris sur quelqu'un qui va mourir inabouti.

  • L'ascension du haut mal

    David B.

    • L'association
    • 19 Octobre 2015

    Le Haut Mal c'est le nom qu'on donnait à l'épilepsie au Moyen Âge.
    L'Ascension du Haut Mal c'est l'histoire d'une famille au milieu des années soixante dont le fils aîné, Jean-Christophe, est atteint par cette maladie à l'âge de sept ans. C'est le regard que porte son petit frère, Fafou, qui devient David, sur le bouleversement que ses crises entraînent dans la famille, sur la façon dont les adultes, parents, médecins, passants, charlatans, gourous, réagissent et tentent de guérir Jean-Christophe. Ce sont les souvenirs des ancêtres de la famille. C'est tout l'imaginaire que Fafou projette sur le monde et les événements qui l'entourent et qui participent à la construction du dessinateur qu'il est devenu.
    Ce classique du catalogue L'Association et de la bande dessinée, dont la première édition est maintenant épuisée, est désormais réédité dans une version reliée.

empty